Geopolintel

Le gouvernement italien sous-traite sa stratégie économique à McKinsey, consultant en gestion privée

dimanche 7 mars 2021

Le mois dernier, l’ancien directeur de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a formé un nouveau gouvernement dont les principaux ministères ont été confiés à des technocrates non élus. Son « gouvernement d’experts » a maintenant externalisé son plan économique à McKinsey, consultant en gestion privée - sans que les électeurs n’aient jamais eu leur mot à dire.

Nous rentrons dans une nouvelle conception politique :
La privatisation de l’Etat.

Lors de sa formation le mois dernier, le nouveau gouvernement de Mario Draghi a été annoncé par presque tous les médias italiens et internationaux comme une opération de sauvetage. Alors que l’ancien directeur de la Banque centrale européenne (BCE) Draghi avait « sauvé l’euro » dans les années 2010, la plupart des médias ont parlé de « Super Mario » et de son plan pour « sauver l’Italie » en injectant 209 milliards d’euros dans le fonds de relance européen tout en « réformant » son économie morose.

Le type de « réformes » que cela signifiait n’a pas été mentionné - et après tout, ce gouvernement n’a aucun rapport avec les décisions des électeurs, ou les coalitions qui se sont présentées lors des dernières élections générales. Mais pour la quatrième fois depuis les années 1990, un président a fait appel à un technocrate du monde de la finance et de la banque pour former un cabinet, à la mi-mandat du parlement. Huit des vingt-trois ministres de Draghi sont des technocrates non élus, dans un soi-disant gouvernement d’experts.

Si ces personnalités ne font pas partie d’un parti politique, elles ont des antécédents et des volontés similaires. Le ministre de l’économie Daniele Franco est un ancien fonctionnaire de la Banque d’Italie qui a rédigé la fameuse lettre de la BCE de 2011, donnant instruction au gouvernement de mettre en œuvre des privatisations et de réduire les négociations collectives. L’ancien PDG de Vodafone, Vittorio Colao - aujourd’hui ministre de l’innovation et de la transition numérique - est un ancien associé du cabinet de conseil privé McKinsey & Company.

Il a maintenant été révélé que McKinsey va être chargé de rédiger le futur plan économique de l’Italie, qui sera soumis à l’examen de la Commission européenne à la fin du mois prochain. Connue pour son rôle dans le scandale Enron ainsi que dans la crise financière de 2008 - puisqu’elle a encouragé la titrisation sans limite des actifs hypothécaires - et le déploiement bâclé du vaccin en France, McKinsey est maintenant appelée à façonner le programme de « réformes » du gouvernement Draghi.

La Repubblica, premier quotidien de centre-gauche du pays, s’est enthousiasmé de ce changement. « Face à une course contre la montre », le gouvernement de Draghi « a pris la position d’une entreprise privée confrontée à une nouvelle opportunité commerciale qui ne fait pas partie de ses activités principales ». Alors que ce même journal rapportait le 1er mars que la nécessité de « se dépêcher » signifiait que Draghi lui-même rédigerait le plan de relance, avec le ministre des finances Franco, celui-ci a maintenant été externalisé.

La proposition selon laquelle il s’agit d’une collaboration purement « technique » - que les choix de McKinsey ne seront pas politiques - est manifestement absurde, d’autant plus que cette affirmation est également largement faite pour le gouvernement « technique » de Draghi lui-même. Depuis des décennies, l’imposition de recettes néolibérales en Italie a été avancée par cette même procédure, avec l’agenda avancé par les privatiseurs baignant dans le dogme des « choix inévitables ».

Pour l’instant, Draghi jouit d’une bonne cote de popularité, comme Mario Monti et ses prédécesseurs qui ont bénéficié d’un succès médiatique dès les premiers mois. Mais les Italiens vont bientôt découvrir que Draghi n’a pas 209 milliards d’euros d’argent frais à dépenser (le total des prêts et des subventions du fonds européen, avant de considérer les contributions italiennes à ce fonds), mais plus près de 10 milliards d’euros par an - une somme dérisoire comparée aux 160 milliards d’euros que la pandémie a fait peser sur l’Italie.

Lors de sa nomination par le président Sergio Mattarella, de nombreux partisans de Draghi ont insisté sur le fait que ce ne serait pas comme le gouvernement dirigé par Mario Monti en 2011-2013, dont les mesures d’austérité ont détruit la demande et entraîné une chute de 3 % du PIB. Alors que Draghi a mis son nom sur la lettre de la BCE qui a préparé la voie aux « réformes » de Monti, il a admis plus récemment que nous devrons vivre avec la réalité d’une dette publique élevée.

Pourtant, les récentes nominations de Draghi confirment que les vieux personnages politiques ont à nouveau conquis le gouvernement. Le choix de Francesco Giavazzi, professeur à l’université Bocconi de Milan, comme conseiller économique est révélateur : là où son prédécesseur, Mariana Mazzucato, est une keynésienne de renom, Giavazzi est un Thatcherite convaincu et un défenseur du « lien extérieur » européen (c’est-à-dire l’utilisation des conditions de financement de l’UE pour remodeler le marché du travail et les services publics italiens).

Comme l’écrit Lorenzo Zamponi, il est tout à fait possible qu’il y ait un certain changement depuis l’« austérité expansive » des années 2010 - c’est-à-dire que Draghi mettra les réformes économiques par la réduction des dépenses globales. Pourtant, la nomination des idéologues de l’école McKinsey et Bocconi pointe vers la même évangile de privatisation et de déréglementation que les technocrates ont imposé à l’Italie pendant des décennies, sans jamais obtenir le soutien populaire.

Le Blairite Matteo Renzi a joué un rôle décisif dans la montée en puissance de ce gouvernement, et bien que son propre parti, Italia Viva, ait obtenu moins de 3 % des votes, les orientations politiques identiques sont à nouveau au menu. Les forces de la gauche douce qui soutenaient l’administration précédente se sont toutefois alignées sur Draghi, l’interdiction des licenciements de la coalition 5 étoiles étant probablement l’une des premières victimes du nouveau programme.

Le gouvernement par des experts peut sembler bon - mais seulement si nous oublions toutes les précédentes séries de ces « purges », qui ont contribué à faire baisser le PIB italien en dessous du niveau qu’il avait en 1999. Mais La Repubblica a raison, à sa manière, de comparer cette initiative à une entreprise qui fait appel à McKinsey. Car une entreprise en faillite n’est pas non plus une démocratie - et lorsque les consultants appellent à la restructuration, ce sont les travailleurs qui se font avoir.

Source

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site