Geopolintel

Le vent tourne en faveur du Président Trump

jeudi 12 novembre 2020

Le procureur général William Barr, dans un mémo publié lundi, a autorisé le Ministère de la Justice (DOJ) à se pencher sur les irrégularités de vote lors de l’élection présidentielle de 2020.
Le mémo a été adressé aux procureurs américains, aux assistants des procureurs généraux de la division criminelle du DOJ, de la division des droits civils, de la division de la sécurité nationale et au directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI), Christopher Wray.

L’avocat général Barr vient de mobiliser le Ministère de la justice afin qu’il s’engage comme il se doit à enquêter sur les fraudes électorales dans toute l’Amérique.

M. Barr s’appuie sur des bases juridiques très solides. C’est un moyen très simple de s’attaquer à la plus grande tentative de vol politique de l’histoire américaine et je préfère être un partisan de M. Trump, plutôt qu’un des agents du Parti Démocrate qui a commis des actes illégaux.

En fait, le Président Trump et son équipe ont jeté les bases juridiques permettant d’identifier et de poursuivre un tel comportement criminel dès 2017 :

Poursuite fédérale des offensives électorales
Huitième édition 2017

- Notre système constitutionnel de gouvernement représentatif ne fonctionne que lorsque la valeur des votes honnêtes n’est pas diluée par des votes invalides obtenus par corruption.

Le fait que le procureur général ait déclenché tard hier soir l’utilisation du manuel juridique du DOJ (Department of Justice) est de très mauvais augure pour ceux qui sont impliqués dans la fraude électorale.

Pour eux, lorsque les hommes et les femmes en costume de ville arrivent sur le pas de leur porte pour demander poliment « pouvez-vous expliquer ceci », « ceci » étant l’un des nombreux délits de fraude, l’agent de campagne risque de vivre immédiatement un moment qui va changer sa vie.

Comme on le dit souvent : vous pouvez y aller mollo ou vous pouvez y aller fort, mais ne vous trompez pas, vous allez devoir changer de comportement. L’équipe du Parti Démocrate a certainement pris à cœur le dicton selon lequel il ne faut jamais rien voler d’insignifiant.

Au moment où une enquête demandant à un agent de bas niveau « quel rôle avez-vous joué » dans cette fraude électorale énorme, on peut être sûr que la conspiration va être révélée au grand jour.

Après tout, quel jeune travailleur de campagne électorale veut aller en prison pour Joe Biden ?

En ce moment, il semble que M. Biden aura du mal à empêcher son propre fils de s’empêtrer dans une affaire de délit potentiel.

Remarquez que j’ai dit des hommes et des femmes en costume de ville. Cela est dû à mon expérience personnelle très directe de travail officiel avec des agents spéciaux du FBI tout à fait honorables.

Je ne parle pas des hauts dirigeants à Washington.

J’ai une grande confiance dans l’honneur et le respect de l’État de droit que les agents spéciaux du FBI appliquent sur le terrain.

En plus de cette phalange du FBI sur le terrain, il y a aussi le U.S. Marshals Service (le Service Fédéral des huissiers de justice), qui agit avec le plus grand sérieux.

Et, selon les preuves présentées, il y a aussi nos agents des services secrets, assidus et de renommée internationale.

Le dévouement à leur mission que tous les Américains attendent de nos protecteurs fédéraux est entre bonnes mains.

S’il vous plaît, ne permettez pas que l’horrible aberration de gens comme Jim Comey, et ceux comme lui à Washington, représente dans vos esprits les agents du FBI sur le terrain comme s’ils étaient des créatures de ce marécage washingtonien dégoûtant.

Les procureurs fédéraux disposent également de directives juridiques très solides car la Cour suprême a déjà établi un précédent pour les cas de fraude électorale à l’échelle nationale.

Voyez « Anderson vs United States, 417 U.S 211, 227 (1974) » dans le dossier pénal du Ministère de la justice cité plus haut.

Passons maintenant à la très grande et effrayante surprise des malfaiteurs, voleurs d’élections : une nouvelle équipe du Département de la Sécurité intérieure des États-Unis est à l’œuvre.

Notez ceci :

SÉCURITÉ DES INFRASTRUCTURES ÉLECTORALES

- Des élections libres et équitables sont une caractéristique de la démocratie américaine. La confiance du peuple américain dans la valeur de son vote dépend principalement de sa confiance dans la sécurité et la résilience des infrastructures qui rendent possibles les élections nationales. Par conséquent, un processus électoral à la fois sûr et solide est un intérêt national vital et l’une des plus grandes priorités de l’ Agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (ACSI).

  • L’ACSI s’engage à travailler en collaboration avec les acteurs de première ligne des élections (gouvernements des États et des collectivités locales, responsables électoraux, partenaires fédéraux et fournisseurs) afin de gérer les risques liés à l’infrastructure électorale du pays. L’ACSI restera transparente et agile dans ses efforts énergiques pour protéger l’infrastructure électorale américaine contre les menaces nouvelles et en évolution.

On peut déjà voir le résultat pratique de ces équipes qui s’occupent de la campagne électorale de 2020.

Alors que des entretiens sont menés sur le terrain et que des preuves solides s’accumulent grâce aux procureurs fédéraux qui montent des dossiers et voient la nécessité d’envoyer des « procédures éclairs » directement à la Cour suprême, je soupçonne que la conspiration va s’effondrer tandis que les sous-fifres et les mécréants politiques de niveau intermédiaire se jetteront précipitamment sur le premier refuge légal qui leur est offert.

C’est simple : Alors que l’équipe du DHS poursuit les « trons » illégaux de vote par ordinateur, nombreux seront ceux qui plutôt que d’avoir des ennuis avec la justice, verront une opportunité d’éviter la prison en se mettant à table devant les fédéraux.

L’excuse du genre : « l’ordinateur a bouffé mes devoirs », que la presse qualifie de « pépin informatique », tombera en pièces et des votes importants basculeront dans la bonne colonne.

S’il faut faire marcher quelques conspirateurs pour identifier et corriger de nombreux votes erronés dirigés par la machine, tant pis.

Le Président Trump finira par gagner.

Il suffit de regarder ce premier titre à un niveau très local dans l’État charnière du Michigan.

Un pépin informatique corrigé transforme un Républicain perdant en gagnant dans le comté d’Oakland

  • Une erreur informatique a conduit les responsables des élections du comté d’Oakland à accorder une victoire inattendue mercredi à un Démocrate, pour la rendre le lendemain au Républicain sortant.

Je soupçonne que bientôt, de nombreuses « erreurs informatiques » seront corrigées.

Les conspirateurs, voleurs d’élections qui ont pris la voie analogique en corrompant les bulletins de vote sur papier, en jetant les votes pour Trump et/ou en ajoutant les votes illégaux pour M. Biden, eh bien, ils peuvent devenir des témoins coopérant avec les autorités.

Sinon, tant pis pour eux. J’espère qu’ils apprécieront leur séjour dans un « Club Fed » où ils devront vivre avec une condamnation à perpétuité.

*Ed Timperlake est un ancien membre du Congrès, un ancien Marine, et l’auteur de plusieurs livres sur le marécage de Washington.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site